L'unité Alphabet de Jussi Adler-Olsen


L'Unité Alphabet

Jussi Adler-Olsen

L'Unité Alphabet est un roman à suspense sur fond historique de Jussi Adler-Olsen.

En quelques mots

L'Unité Alphabet est le service psychiatrique d'un hôpital militaire où, pendant la Seconde Guerre mondiale, les médecins allemands infligeaient d'atroces traitements à leurs cobayes, pour la plupart des officiers SS blessés sur le front de l'Est.
Bryan, pilote de la RAF, y a survécu sous une identité allemande en simulant la folie. Trente ans ont passé mais, chaque jour, il revit ce cauchemar et repense à James, son ami et copilote, qu'il a abandonné à l'Unité Alphabet et qu'il n'a jamais retrouvé. En 1972, à l'occasion des jeux Olympiques de Munich, Bryan décide de repartir sur ses traces. Sans imaginer que sa quête va réveiller les démons d'un passé plus présent que jamais.

Public

Ce roman peut être lu par des adultes ou de grands adolescents (plus de 16 ans).

Notre avis

L'Unité Alphabet se déroule en deux parties.
La première se passe à la fin de la Seconde guerre mondiale. Bryan et James, deux pilotes britanniques, se crashent en pleine Allemagne. Pour sauver leur vie, ils prennent la place d'officiers SS gravement blessés sur le front de l'Est. Ils sont alors emmenés dans l'Unité Alphabet, un service psychiatrique militaire.
Ils se retrouvent au milieu d'autres militaires, certains réellement blessés, quelques-uns, comme eux, simulant leur maladie.
James comprend l'allemand et découvre l'existence de 3 simulateurs prêts à tout pour ne jamais retourner sur le front. Bryan, lui, ne comprend rien. Seulement, pour ne pas se faire démasquer, James ne peut rien lui dire. Pendant des mois et des mois, les deux hommes ne se parleront pas, subiront les tortures des médecins allemands et celles des simulateurs.
Cette première partie est excellente. On imagine sans problème les tourments de Bryan et James, les tortures qu'ils ont subies. On se demande même comment ils ont fait pour ne pas se trahir sous le coup de la douleur.
Je ne dirai rien de l'histoire de la deuxième partie. C'est celle qui m'a le moins intéressé car elle est beaucoup plus classique. C'est une sorte d'enquête de police menée par Bryan en Allemagne pour retrouver James. Mais on comprend assez vite qui est qui, pourquoi les personnages sont ainsi et donc, le suspense retombe vite comme un soufflé à la sortie du four.
Cependant, dans l'ensemble, c'est un très bon livre, sur fond historique (la première partie revient sur certains épisodes de la fin de la 2nde guerre mondiale, notamment les combats à la frontière franco-allemande, à quelques kilomètres de l'Unité Alphabet. Quant à l'enquête de Bryan, elle se passe durant les Jeux olympiques de Munich au cours desquels a eu lieu la prise d'otages d'une partie de la délégation israélienne par des Palestiniens).
Critique d'Olivier Drieux, publiée le samedi 17 novembre 2018

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Newsletter, pour ne rien rater.

Ma dernière adaptation

Me contacter

Nom

E-mail *

Message *